Lionel Balard

1990- 2005

Autour de la revue ARPA. Galerie Madubost. Clermont-Ferrand (63)

Cahiers de la Passerelle  et autres inédits ». Semaine de la poésie Salle de la rotonde. DRAC Auvergne. Clermont-Ferrand (63)

« Dialogues : peinture et gravure. ». Rencontre d’Art contemporain. Lavaudieu (43)

« Mes jeux d’enfants et autres fragmentaires ». Centre Pomel. Salle Hélion. Issoire (63)

« De la transparence à l’opacité ». Twin Studio. Paris (75)

« Raisons critiques ». Semaine de la poésie. Maison de la culture. Clermont-Ferrand (63)

« Pour ne pas dire ». Maison du parc. Cébazat. (63)

2006- 2015

« Le poids des mots ».Salles d’Honneur. Château. Pont du château (63)

« Objet Pictural réel et Autres Paroles ». Musée Marcel Sahut. Volvic. (63)

« Les Mimétics ». Triennale de l’estampe. Chamalières. Centre Culturel Valéry Larbaud. Vichy (03)

« Les temps critiques ». (Livres d’artiste) Centre Nicolas Pomel. Issoire (63)

Galerie Zart03. Jaligny sur Besbre (03)

« Porter mémoire ». Corridor des Ursulines. Institution Saint Alyre. Clermont-Fd (63)

Collections publiques, éditions et prix

Bourse du FIACRE. DRAC Auvergne. 1992 et 1994

« Cahiers de la Passerelle N°1 ». Bibliothèque Interuniversitaire de Clermont-Ferrand. 1993

Triennale de gravures. Chamalières. Lauréat du prix T2C. 1997

AMAC Chamalières. 2005

Livre : « Balard, voir-penser. » Jean Pierre Siméon. Ed. Passerelles. 2006

Recueil : « Profil perdu » de JP Farine. 10 linogravures N/B. 2007

Recueil : « La gentiane d’or » de J.P. Siméon. Linogravures Ed. Le Poisson soluble. 1995

Recueil de nouvelles : « L’exil ». Illustrations et gravures. Edition CRDP d’auvergne. 1998-99

Si Lionel Balard aime à produire des images gravées, ce n’est pas dans le but d’en formuler indéfiniment un contenu sémantique nouveau et d’en négocier inévitablement une iconographie toujours recommencée. Chez ce graveur, l’image ouvre à l’expérience artistique, elle en est l’origine et sa raison d’être. Et cela est d’importance! Si la gravure existe en sa qualité d’estampe, pleine de son sens et totalement autonome, elle n’est véritablement appréhendable qu’en tant qu’elle renvoie à toutes les autres images gravées et à toutes les productions bidimensionnelles ou tridimensionnelles qu’elle génère. Bref, elle n’est pas seulement une image accomplie se donnant comme le lieu improbable d’une satisfaction esthétique, elle participe d’un projet artistique plus vaste : celui de faire émerger de l’acte créateur un nouvel objet graphique, plus apte à investir l’espace réel. Telle est la raison première pour laquelle Les Temporelles ou Les Petites Choses Anodines ont vu le jour : l’acte du graveur, comme celui du peintre, participe de l’élargissement du champ des possibles par lequel le spectateur appréhende visuellement l’œuvre en ses caractéristiques d’image et d’objet concret. La gravure requiert, dès lors, une dimension transitive par laquelle elle est la représentation de quelque chose mais, simultanément affirme au spectateur sa dimension réflexive : elle se présente.

Léon BRALDA

LIONEL BALARD
3, rue des Foisses
63170 AUBIERE
Tel : 04.73.26.63.26

Le site de Lionel Balard

Mail : lionel.balard@neuf.fr