Cécilien Malartre

Cécilien Malartre a fait ses études aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand avec Michel Brugerolles en gravure, et vit actuellement à Strasbourg.

Son inconditionnel rapport au dessin en noir et blanc le conduit vers des techniques diversifiées comme la gravure, la sérigraphie ou bien la sculpture qui n’est, en somme, qu’un dessin en trois dimensions. Sa gourmandise graphique n'a pas de limite. Il fait de la micro-édition avec l'imprimerie NASA il réalise des livres ou les images et les textes se mélangent, se brouillent et donne au lecteurs quelques vertiges graphiques. La NASA rejoint informellement le courant actuel du grafzine, elle développe des affinités particulières avec quelques autres acteurs de cette scène: charlatans et fils, le dernier cri, le cri de l'encre, lilas, etc..., avec qui elle collabore a des éditions collectives (bessan me mucho, lapin, comix band, nicquey parade, etc...)

A l'aise dans tous les formats et échelles, il passe du timbre-poste au retable sculpté de 4 mètres par 8 mètres jusqu'à la confrontation d'une installation dans un espace paysagé au Sancy.

Rien ne lui résiste. Il lui faut de la matière, du répondant. Elle est très présente, son tracé reflète l'énergie d'un corps à corps de tous les instants. Son expression brute donne une impression d'inachevé. Elle est sans concession, volontairement primitive et sans fioriture. Ça passe ou ça casse.

Dans le même temps, sa sensualité transpire dans tous ses sujets, sa pugnacité accompagne chaque étape de l'oeuvre jusqu'à une précision et une méticulosité déstabilisantes. Sa douceur se révèle dans la performance technique qui fait l'objet terminé. En rajouter une couche, Cécilien sait faire et pour Léda, c’était la moindre des choses.

Ipiolo

à venir

à venir